• Le principe de la liberté d’information doit s’opposer à toute censure. Elle est libre quand elle ne dépend des puissances d’argent, mais de la seule conscience des journalistes et des lecteurs. Ils peuvent aussi penser que s’ils veulent remplir leur mission, qui est de rendre intelligible le présent pour maîtriser l’avenir, il leur faut bien visiter les coulisses du spectacle. Sinon ils ne seront plus que les portes voix des apparences, otages d’une communication qui est l’ennemie de l’information.

  • Calendrier

    mai 2017
    L Ma Me J V S D
    « avr    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Catégories d’Articles

  • Archives

Le SMS de Mélenchon au PCF : « C’est une insulte, une claque »

Posté par Les Blogueurs Associés le 19 mai 2017

Jean-Luc Mélenchon

« Vous êtes la mort et le néant », a notamment écrit le chef de la France insoumise à Pierre Laurent, dans un texto rageur révélé par « le Canard enchaîné ». Les mots parlent d’eux-même. Le ton est rageur.

Comme l’a révélé le « Canard enchaîné » ce mercredi, Jean-Luc Mélenchon a envoyé le 4 mai dernier un SMS particulièrement éloquent à Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, quelques jours avant que les deux formations officialisent la rupture de leurs négociations en vue d’un accord aux prochaines législatives. Voilà ce qu’on peut y lire :

« Vous créez la confusion dans tout le pays en vous appropriant mon portrait et mon nom sans parler du logo front de gauche ! Bravo ‘l’identité communiste’. Tout ça après des mois d’ injures et de manoeuvres pouf (sic) saboter ma campagne. Et vous recommencez ! »

« Vous êtes la mort et le néant. 10 mois pour me soutenir 10 minutes pour soutenir Macron. Sans oublier les accords que vous ne respectez pas. J’en ai assez. Je vais donc annoncer notre rupture politique dès mon retour à Paris. Et je vais dire pourquoi. »

Les deux leaders entretiennent, c’est bien connu, des relations exécrables depuis des années. Qui ont visiblement empiré ces derniers mois, malgré le score rondelet de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle. Et pourtant, selon un de ces proches, le secrétaire national du Parti communiste Pierre Laurent a été complètement abasourdi de découvrir ce SMS en page 3 du « Canard ».

Car la fuite ne vient pas des communistes, jure-t-on place du Colonel-Fabien. « Ce n’est pas le genre de la maison », explique un collaborateur de Pierre Laurent. « Et encore ce texto-là est gentil, si on avait dû en rendre publique, on en aurait choisi un pire… »

« Il peut dire qu’on est des nazes, mais ça… »

La fuite viendrait plutôt de la France insoumise. De Cannes, précisément. Des militants communistes qui avaient contacté la France insoumise pour discuter des législatives se sont vus adressés en guise de réponse le texto de Jean-Luc Mélenchon.

« J’étais suffoqué », assure l’un deux, Olivier Gebuhrer. Ce dernier l’a d’abord gardé pour lui afin de ne pas saborder les négociations encore à l’oeuvre. Avant de le rendre public lundi soir sur son profil Facebook.

Ce SMS fait d’autant plus mal dans les rangs communistes que de nombreux élus PCF avaient apporté leurs parrainages au candidat de la France insoumise pour qu’il se présente à la présidentielle.

« Il peut nous dire qu’on des nazes, que le PCF n’a pas d’avenir, mais étaler comme ça publiquement, c’est une claque, une insulte gratuite, c’est vilain », déplore la dirigeante communiste Marie-Pierre Vieu.

« Son SMS va blesser tous nos militants qui ont fait sa campagne, ça n’est pas digne d’un candidat qui a fait 20% à la présidentielle. »

Les Blogueurs associés

Publié dans Politique | Commentaires fermés

Législatives : Marine Le Pen candidate dans le Pas-de-Calais

Posté par Les Blogueurs Associés le 19 mai 2017

La candidate

Une candidature et un mea culpa. Pour la première fois depuis son échec à la présidentielle, Marine Le Pen a retrouvé la parole, jeudi soir, sur TF1. Comme cela avait été prévu avec son équipe, la présidente du Front national a commencé par confirmer sa candidature aux législatives, dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais (Hénin-Carvin).

«Oui, je serai candidate dans ma circonscription de Hénin-Beaumont. Je n’imaginais pas ne pas être à la tête de mes troupes dans une bataille que je considère comme fondamentale», a-t-elle expliqué sur le plateau de Gilles Bouleau. 

Son intervention de huit minutes a été aussi marquée par un mea culpa. Revenant sur le débat d’entre-deux-tours face à Emmanuel Macron, la candidate a voulu assumer sa «responsabilité». «Je ne vais pas tenter d’y échapper», a-t-elle assuré avant de s’expliquer.

«Évidemment, j’ai bien conscience que le sujet de l’euro a inquiété considérablement les Français, et même, il faut bien le dire, de manière presque irrationnelle. Mais c’est un fait. Et nous allons devoir en tenir compte», a signalé Marine Le Pen, en inscrivant ce sujet, parmi d’autres, au menu du prochain congrès du FN.

Jeudi soir, l’invitée a également reconnu une faute de comportement lors du débat. Ils étaient nombreux, dans son entourage, à attendre cette explication après avoir mesuré l’ampleur des dégâts chez les sympathisants.

«Et puis, incontestablement, il y a eu ce débat, qui a été raté. Il faut le dire. Moi, je le dis très clairement. J’ai fait un choix. J’ai souhaité mettre en lumière les très grandes craintes que je nourrissais et que je nourris toujours à l’égard de la politique que va mener Emmanuel Macron.»

Dans le même temps, Marine Le Pen a voulu éclairer son échec en reconnaissant un ton personnel inadapté le 3 mai. «Je l’ai fait avec fougue, je l’ai fait avec passion. Peut-être trop de fougue, trop de passion. Je sais que certains n’attendaient pas cela. Dont acte», a-t-elle admis, en reconnaissant un ton «peut-être abrupt».

Son image de présidente du FN et de candidate au pouvoir suprême a été sévèrement amochée par ce loupé télévisé, au point d’alimenter des doutes sur sa capacité à porter les idées du Front national. Avant des législatives des 11 et 18 juin qui s’annoncent plus compliquées que prévu, il était important pour Marine Le Pen de rassurer et de restaurer la confiance sur son leadership.

Le choix difficile du discours de vérité, même si elle n’a pas dit toute la vérité sur ses hésitations à s’engager dans la bataille, lui aura peut-être permis de retrouver des couleurs avant un rendez-vous crucial. Dès hier soir, Jean-Marie Le Pen a fait retirer la candidature du Parti de la France dans la circonscription où se présente sa fille.

Plaçant l’avenir et la recomposition politique du pays sous le signe de l’«enthousiasme», affichant ses espoirs d’être rejointe par une «partie des Républicains qui refusent d’être dans la connivence avec Emmanuel Macron», Marine Le Pen a aussi désigné son adversaire en poste à l’Élysée sous les traits d’un oiseau de mauvais augure.

À un mois des législatives, elle a alerté les électeurs. «Les Français vont s’apercevoir de la brutalité de la politique qui sera mise en œuvre dans les mois qui viennent.»

Les Blogueurs associés

Publié dans Législatives, Politique | Commentaires fermés

Nicolas Hulot au gouvernement : et si les ONG écologistes devenaient son pire cauchemar ?

Posté par Les Blogueurs Associés le 18 mai 2017

Nicolas Hulot

Nicolas Hulot, militant écologiste le plus populaire de France, est à coup sûr une belle prise pour Emmanuel Macron. Mais à peine nommé ministre de la Transition écologique et solidaire, beaucoup parient déjà sur son espérance de vie au gouvernement.

Il va en effet très vite être confronté à des dossiers chauds, comme l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Et il devra gérer la question épineuse du nucléaire, alors que le Premier ministre Edouard Philippe est un pro-nucléaire.

Si Europe Écologie-Les Verts se félicite de cette entrée au gouvernement, le parti espère qu’il aura les mains libres, car dans le cas contraire, il pourrait décevoir les associations écologistes. Voire, étant donné son caractère, très vite menacer de claquer la porte.

Lui qui vient du sérail associatif l’a dit mercredi 17 mai, lors de la passation de pouvoir avec Ségolène Royal : il sait que la tâche sera difficile. « J’ai été souvent du côté de ceux qui exigeaient, je vais découvrir que c’est sans doute bien plus facile que d’être du côté de ceux qui réalisent. »

France Nature Environnement, WWF, la fondation Brigitte Bardot, l’ensemble des associations environnementales ont salué sa nomination et en ont profité pour rappeler leurs doléances et réclamer une attention particulière face aux lobbies économiques.

Une liste de doléances impossible à respecter

D’un côté, le combat des anti-viandes et la défense des animaux, de l’autre, ceux qui défendent l’agriculture paysanne et les éleveurs de montagne…Il y a de grands écarts entre les revendications et, forcément, au moment du choix, certaines associations pourront se sentir lésées.

Chaque association met en avant ses priorités et elles ne sont pas toujours compatibles.

Les éoliennes, par exemple, ont l’avantage de produire de l’électricité sans faire de déchets nucléaires, tout en préservant le climat. Mais elles détériorent le paysage et mettent en danger certaines espèces d’oiseaux, que défend Allain Bougrain-Dubourg, président de la Ligue de protection des oiseaux (LPO).

« Ce n’est pas simplement le ministre de la Transition écologique qui est en difficulté dans ce genre de situations, mais bien toute la société. Nous-mêmes, à la LPO, on est bien sûr favorable au développement de toutes les énergies renouvelables, mais pas n’importe où, pas n’importe quand et pas n’importe comment. »

Les associations lui mettent déjà la pression

Pour l’Observatoire du nucléaire, Nicolas Hulot n’a pas retenu les leçons du Grenelle de l’Environnement. Selon le militant Stéphane Lhomme, il n’aurait jamais dû entrer dans le gouvernement. La question de la baisse de la part du nucléaire est donc un dossier brûlant pour Nicolas Hulot.

Pour Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace, il faudrait aller plus vite.

« On a des positions plus fermes et plus radicales que lui sur la transition énergétique et sur la sortie rapide du nucléaire. Nicolas Hulot a fait évoluer sa position au fil des ans. Il est aujourd’hui convaincu qu’on doit se passer du nucléaire, mais il n’est pas encore sur un discours qui consiste à dire qu’il faut y aller très vite. »

Trouver le compromis, sans se compromettre, c’est donc ce qu’attend le monde associatif environnemental, qui n’est pas un parti politique et qui n’a donc pas un chef auquel il obéit. La partie ne fait que commencer.

Les Blogueurs associés

Publié dans Politique | Commentaires fermés

Affaire Crédit Lyonnais : Bernard Tapie condamné à rembourser 404 millions d’euros

Posté par Les Blogueurs Associés le 18 mai 2017

Bernard Tapie

La cour de Cassation a mis un terme jeudi à la guérilla judiciaire qui oppose depuis 24 ans Bernard Tapie au Crédit Lyonnais. L’homme d’affaires est définitivement condamné à rembourser les 404 millions d’euros que lui avaient octroyés trois juges arbitres en 2008 pour régler son litige avec la banque sur la vente d’Adidas.

«Une justice n’est efficace que quand elle est sévère et juste avec tout le monde, même lorsque l’Etat est partie au dossier. La vie continue et le combat aussi», a réagi Bernard Tapie auprès de l’AFP.

«Je pensais que même lorsqu’on s’appellait Bernard Tapie, on avait le droit d’être jugé sereinement, et équitablement», a de son côté déclaré Frédéric Thiriez, avocat de l’homme d’affaires, dans un communiqué transmis à la presse.

«Cela n’a pas été le cas. Je suis consterné. Il ne nous reste plus d’autre choix que de nous tourner vers les juridictions européennes.»

En juin 2016, l’arbitrage en faveur de Bernard Tapie avait été annulé par la justice française, qui avait estimé que la décision des trois arbitres du litige, prononcée en juillet 2008 en faveur de l’ancien ministre, était entachée de «fraude». Au cours de leurs investigations, les juges d’instruction avaient estimé que les relations entre le camp Tapie et l’un des juges-arbitres avaient été dissimulées, ce qui avait biaisé la sentence.

La cour d’appel de Paris avait aussi condamné l’ancien patron de l’Olympique de Marseille à restituer l’intégralité des sommes. Il s’était alors pourvu en cassation, et la plus haute juridiction française a rendu jeudi sa décision.

Rien ne dit que Bernard Tapie aura la possibilité de restituer les sommes dans un avenir proche: l’homme d’affaires est, à titre personnel, en liquidation judiciaire et ses sociétés ont été placées en procédure de sauvegarde.

La justice dispose pour l’instant d’environ 90 millions d’euros de biens saisis par les juges d’instruction enquêtant sur l’arbitrage, selon une source proche du dossier. Parmi eux, une somptueuse propriété à Saint-Tropez achetée 48 millions d’euros par l’ex-ministre.

Christine Lagarde reconnue coupable de «négligence»

C’est dans ce dossier tentaculaire que Christine Lagarde, à l’époque ministre de l’Économie et aujourd’hui directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), a été reconnue le 19 décembre 2016 coupable de «négligence» par la Cour de justice de la République, seule instance habilitée à juger les membres du gouvernement.

Elle a toutefois été dispensée de peine, une décision qui a suscité de vives critiques. Depuis le 8 mars dernier, la procédure d’arbitrage dont a bénéficié Bernard Tapie sous le gouvernement de Nicolas Sarkozy fait également l’objet d’une enquête pénale pour «escroquerie en bande organisée».

Dans son réquisitoire, le parquet de Paris a réclamé que cinq des autres protagonistes de ce scandale politico-financier soient également renvoyés devant le tribunal correctionnel.

La décision concerne son avocat Maurice Lantourne, le PDG d’Orange Stéphane Richard, à l’époque directeur de cabinet de la ministre Christine Lagarde à Bercy, l’un des trois arbitres chargés de rendre la sentence contestée, Pierre Estoup, et enfin Jean-François Rocchi et Bernard Scemama, alors présidents du CDR et de l’EPFR, les entités chargées de solder l’héritage du Crédit lyonnais.

Il requiert que l’ancien patron de l’Olympique de Marseille soit également jugé pour «détournement de fonds publics» et les cinq autres pour complicité de ce délit. Il appartient désormais aux juges d’instruction de décider de les renvoyer ou non en procès.

Les Blogueurs associés

Publié dans Economie, Finance, Industrie | Commentaires fermés

12345...11
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus