• Le principe de la liberté d’information doit s’opposer à toute censure. Elle est libre quand elle ne dépend des puissances d’argent, mais de la seule conscience des journalistes et des lecteurs. Ils peuvent aussi penser que s’ils veulent remplir leur mission, qui est de rendre intelligible le présent pour maîtriser l’avenir, il leur faut bien visiter les coulisses du spectacle. Sinon ils ne seront plus que les portes voix des apparences, otages d’une communication qui est l’ennemie de l’information.

    Les Blogueurs Associés

  • Calendrier

    janvier 2017
    L Ma Me J V S D
    « déc    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Catégories d’Articles

  • Archives

Le Billet de Charline

Posté par Les Blogueurs Associés le 19 janvier 2017

               Quand un riche s’ennuie, il tire sur des animaux 

Nadine de rothschild

Image de prévisualisation YouTube

Les Blogueurs associés

Publié dans Charline, France Inter, Humour, Vidéo | Commentaires fermés

Arnaud Montebourg tente de casser son image sexiste

Posté par Les Blogueurs Associés le 18 janvier 2017

Arnaud Montebourg

Après plusieurs maladresses, l’ancien ministre de l’Économie était ce mercredi au Palais de la Femme, à Paris, pour présenter son programme sur la question du droit des femmes.

En déplacement ce mercredi matin au Palais de la Femme, à Paris, Arnaud Montebourg entendait détailler ses propositions en matière de droit des femmes. Une occasion rêvée pour le candidat à la primaire de la Belle Alliance Populaire (BAP) d’essayer de se départir de son image de «macho», acquise au fil de maladresses répétées.

Une nécessité alors que l’ancien ministre doit tenir ce mercredi soir un important meeting au gymnase Jean Jaurès à Paris, et que son concurrent sur l’aile gauche du PS, Benoît Hamon, connaît une forte progression dans les sondages.

«Je crois que la cause de femmes doit encore progresser. Je crois que la responsabilité d’un gouvernement est de porter cette question», a lancé Arnaud Montebourg aux journalistes.

«Je crois que ce sont surtout des maladresses plus que tout autre chose… Il ne faut pas y voir autre chose que des maladresses liées finalement à une situation tout à fait particulière», s’est défendu Arnaud Montebourg, interrogé au sujet des polémiques qui l’ont visé.

Au début du mois de décembre dernier, invité sur France Info, Arnaud Montebourg avait omis la journaliste Fabienne Sintes parmi ses interviewers. «Si vous me le permettez, vous êtes trois, je suis seul, laissez-moi une chance» avait-il lancé, avant de se faire reprendre par Jean-Michel Apathie.

Arnaud Montebourg avait alors tenté de rectifier le tir, en s’adressant, encore maladroitement, à la journaliste oubliée: «Quatre, pardon, puisque madame…» Et la journaliste de terminer elle-même la phrase: «… est là».

«Pourquoi d’ailleurs seriez-vous exceptée ?», avait alors tenté de conclure le candidat dans une pirouette, qui n’avait pas manqué de soulever de nombreuses critiques sur les réseaux sociaux.

Un malentendu, assure aujourd’hui Arnaud Montebourg: «Je n’ai pas besoin de changer, j’ai toujours été attentif à ces questions». Mais soucieux de corriger le tir, l’ancien avocat s’est senti obligé d’apporter quelques gages.

«Ma famille est une famille qui a milité il y a bien longtemps, et notamment mes tantes et ma mère, au sein du mouvement féministe.

Il avait été lancé à l’époque, dans les années 70, par Gisèle Halimi notamment. Donc voilà, si vous avez des doutes, regardez mon CV», balaye-t-il. Une défense qui s’avère maladroite, le candidat s’attribuant les mérites d’un engagement qui n’a pas été le sien.

Le chantre du Made In France a déjà eu à répondre d’accusations de machisme lorsqu’il était encore ministre de l’économie, à l’occasion de la diffusion d’un épisode d’Envoyé Spécial qui lui était consacré.

Interrogé par la journaliste Delphine Prunault qui l’invitait à «parler franchement» de ses relations avec les têtes de l’exécutif, Arnaud Montebourg avait détourné son regard de son interlocutrice pour l’arrimer à celui de l’homme qui les filmait.

«Elle est tout le temps comme ça, la petite ?».

Les Blogueurs associés

Publié dans Politique | Commentaires fermés

Le Billet de Charline

Posté par Les Blogueurs Associés le 9 janvier 2017

                            Jean-Claude et Chantal, militants frontistes

Florian Philippot

Image de prévisualisation YouTube

Les Blogueurs associés

Publié dans Charline, France Inter, Humour, Vidéo | Commentaires fermés

Comptes offshore : Patrick Balkany serait passé aux aveux

Posté par Les Blogueurs Associés le 8 janvier 2017

Patrick Balkany

Nouveau rebondissement dans l’enquête pour dissimulation de patrimoine et fraude fiscale visant Patrick Balkany. Selon le Journal du dimanche (JDD), le député-maire Les Républicains de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) est passé aux aveux le 5 octobre 2016 face au juge Renaud van Ruymbeke.

« Face à une montagne de preuves accablantes », l’ancien soutien et ami de Nicolas Sarkozy a été « contraint d’admettre, même en la minimisant par une histoire familiale complexe et invérifiable, une longue pratique de comptes offshore », écrit l’hebdomadaire dans son édition de ce dimanche 8 janvier.

L’enquête des juges du pôle financier de Paris est un véritable jeu de piste. Grâce aux commissions rogatoires internationales lancées en Suisse, au Lichtenstein, au Maroc, à Singapour, en République dominicaine et au Panama, les montages sophistiqués via des sociétés écrans, derrière lesquels se serait dissimulé le couple Balkany, finissent par se dévoiler.

Selon le JDD, le juge Renaud Van Ruymbeke a obtenu « une série de papiers », signés de la main de Patrick Balkany, prouvant que le maire de Levallois a procédé à un nouveau montage offshore le 20 décembre 2013, soit deux semaines après l’ouverture de l’information judiciaire le visant.

L’élu aurait alors créé une nouvelle structure intitulée « Unicorn » et immatriculée aux Seychelles (Océan Indien). Or, cette société détient les fonds d’une partie de la vente de la villa Serena à Saint-Martin (Antilles), soit 2,1 millions d’euros. Patrick Balkany a pour la première fois confirmé au juge qu’il en était le propriétaire de 1989 à 2002, explique le JDD.

Elle a été « construite en 1991 sur un terrain acheté en 1989 avec les fonds suisses, puis revendue en juillet 2002 à un richissime producteur de musique américain », précise l’hebdomadaire.

« C’ÉTAIT DE L’ARGENT DE MA FAMILLE »

Déjà mis en examen pour corruption passive, fraude fiscale et blanchiment, Patrick Balkany avait jusque-là décidé de ne pas répondre aux questions des juges. « C’était de l’argent de ma famille », a-t-il lâché au juge le 5 octobre dernier.

« Ivre de rage » que sa probité soit mise en cause, il a néanmoins assuré qu’ »il ne s’agit en aucune manière d’argent provenant de la corruption ou d’une quelconque activité illicite ». Selon lui, son père Gyula Balkany – un résistant hongrois ayant fui le nazisme en France puis déporté à Auschwitz – aurait « fait la connaissance du responsable du camp Philip Morris au Havre » à la Libération.

« Ce camp était le camp de ravitaillement de l’armée américaine en Europe », avait-il expliqué. « Lorsque le commandant reçoit l’ordre d’évacuer en vendant tout ce qu’il avait sur le camp ou en le détruisant, mon père, associé avec Aladar Zellinger rachète tout le camp avec ses milliers de jeeps, de pneus, de couvertures, tout ce dont on manquait à la Libération. Ils ont vendu tout cela et on fait une grosse fortune ». Une fortune que son père aurait ensuite caché en Suisse.

Quant aux deux autres luxueuses propriétés possiblement cachées au fisc par le couple ? En garde à vue, Isabelle Balkany avait déjà reconnu être propriétaire de la villa Pamplemousse sur la même île, grâce selon elle à « des fonds venus d’un héritage familial », ce dont doutent les enquêteurs.

Le riad de Marrakech acheté en 2010 ? Les juges pensent qu’il a en partie été financé par un homme d’affaires saoudien, Mohamed bin Issa al-Jaber, au moment où il négociait les droits à construire avec la ville de Levallois pour un projet de tours jumelles qui n’a finalement pas vu le jour.

Mais selon la conviction des enquêteurs, c’est pour cacher ces actes de corruption que la villa aurait été achetée via des sociétés panaméennes, grâce à l’entremise d’un proche collaborateur du maire de Levallois, Jean-Pierre Aubry, et de l’avocat Arnaud Claude, associé de Nicolas Sarkozy, dont Patrick Balkany a longtemps été un intime. Jean-Pierre Aubry et Arnaud Claude sont également mis en examen.

Ses ennuis, Patrick Balkany les doit à un ancien allié, Didier Schuller. Ce dernier, condamné dans l’affaire des HLM des Hauts-de-Seine, pendant que Patrick Balkany était relaxé, avait livré une série de documents à la justice en 2013, qui avaient permis de lancer les investigations.

Élu pour la première fois maire de Levallois en 1983, il a également été élu cinq fois député de la 5e circonscription des Hauts-de-Seine (Levallois-Perret-Clichy) entre 1988 et 2012.

Les Blogueurs associés

Publié dans Finance, Fiscalité, International, Justice | Commentaires fermés

12345...137
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus