• Le principe de la liberté d’information doit s’opposer à toute censure. Elle est libre quand elle ne dépend des puissances d’argent, mais de la seule conscience des journalistes et des lecteurs. Ils peuvent aussi penser que s’ils veulent remplir leur mission, qui est de rendre intelligible le présent pour maîtriser l’avenir, il leur faut bien visiter les coulisses du spectacle. Sinon ils ne seront plus que les portes voix des apparences, otages d’une communication qui est l’ennemie de l’information.

    Les Blogueurs Associés

  • Calendrier

    août 2016
    L Ma Me J V S D
    « juil    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Catégories d’Articles

  • Archives

Le Billet de Charline

Posté par Les Blogueurs Associés le 29 août 2016

                          Christian Estrosi, ralliement d’un « motodidacte »

Christian Estrosi

Image de prévisualisation YouTube

Les Blogueurs associés

Publié dans Charline, France Inter, Humour, Vidéo | Commentaires fermés

Amazon expérimente la semaine de travail de 30 heures aux États-Unis

Posté par Les Blogueurs Associés le 28 août 2016

Amazon

Le géant de la distribution en ligne, souvent décrié pour les conditions de travail qu’il impose à ses salariés, prépare un programme à petite échelle pour expérimenter le travail à temps partiel d’équipes entières.

Les relations entre Amazon et ses salariés sont un sujet sensible. Il y a un an, le New York Times avait publié une enquête très critique, accusant le géant américain de l’e-commerce de «faire vivre un enfer» à ses employés. Il décrivait des personnes qui pleuraient au travail ou ne dormaient pas pendant plusieurs jours.

Le groupe, très souvent dénoncé pour les conditions de travail qu’il impose, en particulier dans ses centres de traitement des commandes, avait vivement contesté cette enquête. Jeff Bezos, PDG d’Amazon, avait envoyé une note interne à ses équipes pour critiquer l’article.

«Cette enquête ne décrit pas l’Amazon que je connais ou les gens avec qui je travaille tous les jours.»

Aujourd’hui, Amazon a peut-être trouvé la solution pour mettre un terme à ces polémiques. Le géant de la distribution en ligne prépare une expérimentation à petite échelle aux États-Unis de la semaine de temps de travail de 30 heures au sein d’équipes entières.

Son projet, présenté dans une invitation du groupe à une réunion sur le sujet «Réinventer la vie au travail» qui se tenait jeudi soir au siège d’Amazon, et repérée par le Washington Post, a pour objectif de réduire le temps de travail «tout en favorisant la réussite et l’évolution des carrières».

«Il y a beaucoup de personnes chez Amazon qui travaillent actuellement avec un planning réduit de 30 heures par semaine. Ce qui est nouveau (…), c’est la création d’équipes qui sont entièrement composées de salariés à temps partiel, y compris les managers», explique le document.

Concrètement, la semaine type de ces salariés sera du lundi au jeudi entre 10 et 14 heures, avec en plus des heures flexibles tout au long de la semaine. Le groupe confiera à ces équipes des projets «calibrés» pour respecter ces horaires.

«Ces employés à temps partiel continueront à bénéficier des mêmes prestations sociales que leurs collègues qui travaillent 40 heures par semaine», assure Amazon.

Mais leur salaire sera de 25% inférieur, précise le Washington Post. Le personnel sera recruté à la fois en interne et en externe.

Une source proche du dossier a précisé à l’AFP qu’il s’agissait d’un tout petit programme pilote, n’ayant pas vocation à s’étendre à l’ensemble de l’entreprise.

Il va concerner trois équipes de taille très réduite, dépendant de la division des ressources humaines et chargées de concevoir des systèmes technologiques qui seront utilisés par les salariés, a-t-elle ajouté.

Les Blogueurs associés

Publié dans Emploi, Etats-Unis, Industrie, Travail | Commentaires fermés

Rentrée des classes: 5 astuces pour choisir ses fournitures sans détruire la planète

Posté par Les Blogueurs Associés le 28 août 2016

Rentrée des classes

Des colles bourrées de solvants, des copies doubles qui détruisent la forêt, des crayons qu’il vaut mieux ne pas mâcher…Et si vous achetiez des fournitures plus écolos à vos enfants ? 

Pour la plupart des écoliers, avant de reprendre le chemin de l’école, un passage au supermarché s’impose. Deux cahiers 21×29,7, un cahier 24×32 petits carreaux, trois crayons à papier HB, B et 2B, classeur petit format, copies doubles par centaines et autre compas et rapporteur.

Les années filent, les programmes changent mais les listes de fournitures, elles, continuent de gâcher la fin de vacances des parents.

Non contents de devoir freiner les ardeurs de leurs enfants, bien décidés à leur faire engloutir la moitié de l’allocation de rentrée dans un cartable à l’effigie des Minions, ils sont de plus en plus nombreux à se soucier de l’impact écologique de ces traditionnels achats.

Une contrainte en plus ? Pas si vous prenez les bonnes habitudes. France info donne quelques clés à la portée de tous pour choisir les fournitures les moins nocives pour la planète.

Oubliez les fournitures jetables

Pour éviter le gaspillage et les dépenses inutiles, la première règle consiste à faire un vaste tri dans les fournitures de l’année précédente. Mais puisqu’il faut toujours racheter quelques bricoles, autant se tourner vers le durable.

Pour ne pas recommencer le même cirque l’année prochaine, vous pouvez d’ores et déjà écarter les stylos à bille non rechargeables, lesquels finissent forcément à la poubelle. Si possible, donnez la priorité aux stylos plumes et aux stylos rechargeables. Si votre enfant en prend soin, ils pourraient bien tenir un voire deux ans.

Et si vous avez engendré un mâchouilleur, éviter les stylos recouvert d’un vernis.

Si vous investissez dans un réservoir amovible à piston (on en trouve à moins de deux euros), vous pourrez même vous passer des cartouches d’encres en plastique. En insérant ce réservoir dans un stylo plume : quand vous êtes à sec, il suffit de le remplir dans un pot d’encre.

A l’unité, un pot coûte environ 5-6 euros mais permet de nombreuses recharges (il en existe de beaucoup plus cher, mais inutile de se ruiner si votre enfant n’est pas un as de la caligraphie). A titre de comparaison, les prix des lots de cartouches jetables sont aussi très variables en fonction des marques.

Traquez les substances nocives

Dans sa brochure annuelle, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), conseille de faire simple en optant pour des gommes en caoutchouc naturel non teintées, des règles non colorées et non vernies et des colles sans solvant.

Ces dernières années, même les plus grandes marques s’y sont mises et ces produits sont de plus en plus simples à trouver. Quant à la plus rétro des colles, la fameuse Cléopatre et son odeur unique, elle existe dans une version à base d’amidon de pomme de terre ou de maïs sans OGM.

Dans les feutres et les surligneurs, veillez à ce que l’encre soit à base d’eau ou à base d’alcool. Pour les puristes, il existe des marques qui font des surligneurs en bois ET rechargeables. C’est quand même mieux que le chlore, les conservateurs et les métaux lourds qui se baladent dans les autres feutres fluo.

Réhabilitez le bois et surveillez le plastique

Pour les stylos, comme pour les règles et autres instruments de mesure, mieux vaut privilégier le bois. Le label FSC (pour Forest Stewardship Council) vous garantit que la production de ce produit à base de bois a respecté des procédures garantissant la gestion responsable des forêts.

Si vous privilégiez le métal, veillez à ce qu’il n’y ait ni peinture ni vernis. Même chose sur les crayons de couleur, qui peuvent être recouverts d’une couche (inutile) de vernis. Tout cela fait peut-être vieille école, mais c’est solide et garanti sans perturbateurs endocriniens.

Lorsque que vous achetez des fournitures en plastique, vous pouvez en revanche éviter le PVC au profit du polypropylène, lequel est recyclable : parfait pour les adhésifs ou les pochettes transparentes. Cherchez ce logo sur l’emballage.

Pour le papier, préférez le recyclé

Pour les cahiers et paquets de feuilles, c’est simple : cela fait des années que l’on trouve facilement dans le commerce du papier en fibres de cellulose 100% recyclé. Traditionnellement, ces produits portent la norme NF Environnement.

Enfin, comme pour le bois, le papier peut être produit dans des conditions respectueuses de l’environnement. Dans ce cas, il faut se fier aux labels suivants, listés par Familles de France : PEFC, FSC, APUR ou encore Paper by Nature.

Essayez de la jouer collectif

Afin de limiter les emballages (et d’économiser), il est possible de s’associer avec d’autres parents, afin d’acheter certains produits de base en grandes quantités, comme le papier (justement), cahiers et crayons de couleur.

Ne reste plus qu’à bien travailler…(…)

Les Blogueurs associés

Publié dans Consommation, Ecologie, Education | Commentaires fermés

Pourquoi Macron tarde à sortir du gouvernement

Posté par Les Blogueurs Associés le 28 août 2016

Emmanuel Macron

Après le recadrage par Hollande, en juillet, le ministre de l’Economie reste prudent sur ses prises de position. Mais le clash devrait avoir lieu lors de la présentation de son diagnostic et de son plan de réformes de la France, à l’automne.

« Il y aura une clarification », lâche Gérard Collomb, soutien très actif d’Emmanuel Macron, sur le campus de Polytechnique, ce 26 août, en attendant l’arrivée du ministre de l’Economie, qui intervient sur l’avenir de l’Europe aux « Entretiens Enseignants Entreprises ».

Pour le maire de Lyon, le ministre de l’Economie doit clarifier s’il se lance dans la course à la présidentielle, et donc s’il sort du gouvernement. Mais quand ? Pour l’heure, Macron affiche une prudence de Sioux.

Sur le campus de Polytechnique, il a calibré son discours. Avec une brillante analyse de la crise européenne: « Nous avons le choix entre être les fossoyeurs et les refondateurs », a-t-il lâché. Mais aucun signe, aucune piste sur ses projets présidentiels.

Le même jour, dans une interview aux Echos, il défendu son bilan à Bercy, face à ceux qui le résument aux « cars Macron » et à quelques ouvertures le dimanche. Il semble avoir entendu le rappel à l’ordre de François Hollande, le 14 juillet dernier.

Le président avait sommé son ministre de l’Economie de « respecter les règles », notamment  » l’esprit d’équipe », en « défendant le bilan ».

Toutefois, Macron a regretté l’abandon de sa loi sur les « nouvelles opportunités économiques »: « Un travail a été mené en profondeur mais ses implications n’ont pas été tirées pour des raisons politiques ».

Et dans le grand amphi de Polytechnique, il a dénoncé « l’absence de réponse européenne » à la crise des réfugiés, avec un coup de chapeau à Angela Merkel, la chancelière allemande, la seule à avoir fait « un geste politique fort ».

Une critique en creux de la réaction française.

Une clarification attendue fin septembre

De fait, la vraie « clarification » attendra au moins jusqu’à fin septembre. C’est à ce moment-là que Macron va présenter le diagnostic réalisé par son mouvement « En Marche ! », lancé le 6 avril. Pas moins de 16.000 marcheurs, beaucoup de jeunes et de seniors, encadrés par 600 coordinateurs, ont participé à un vaste porte-à-porte, collectant 25.000 questionnaires.

Aidés par leur start-up de stratégie électorale, Liegey Muller Pons, les dirigeants de « En Marche! » sont en train d’analyser les résultats de ce vaste sondage. Pas évident. Car les questions posées étaient très générales, comme l’a constaté Challenges en suivant une équipe de marcheurs à Paris, dans le 18ème arrondissement, fin juillet.

Première question: « Si vous aviez quelque chose à demander à la politique qu’est-ce-serait ? Réponses: « plus d’honnêteté; plus d’efforts pour l’emploi; plus d’égalité sociale… ». Autre question: « qu’est-ce qui ne marche pas en France ? Réponses: « La politique, on y comprend rien; « On est trop protégé »; « Il y a trop d’immobilisme ». Difficile d’en tirer des conclusions.

Mais Emmanuel Macron va croiser ce méga sondage un peu vaporeux avec des travaux d’experts d’un nouveau genre, « des praticiens qui ont une expérience concrète », promet Ismaël Emelien, qui co-dirige « En Marche! ».Ce diagnostic créera t-il un clash avec le chef de l’Etat ?

Tout dépend de l’importance du « droit d’inventaire » et des critiques de la politique de Hollande. Pas sûr que Macron veuille mener l’offensive à ce moment-là. Car il aura un deuxième temps fort, vers la fin octobre, en présentant son plan d’action pour la France, avec des idées de réformes qui devraient hérisser le poil de la gauche sur le temps de travail, les fonctionnaires ou le contrat de travail.

Le moment idéal pour sortir du gouvernement et lancer sa campagne présidentielle. Les supporters de Macron l’espèrent. Le fera t-il ? Gérard Collomb a donné sa réponse dans une interview aux Echos: « Si François Hollande ne remonte pas dans les sondages, seul Emmanuel Macron pourra offrir une voie ».

Les Blogueurs associés

Publié dans Politique | Commentaires fermés

12345...120
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus