• Le principe de la liberté d’information doit s’opposer à toute censure. Elle est libre quand elle ne dépend des puissances d’argent, mais de la seule conscience des journalistes et des lecteurs. Ils peuvent aussi penser que s’ils veulent remplir leur mission, qui est de rendre intelligible le présent pour maîtriser l’avenir, il leur faut bien visiter les coulisses du spectacle. Sinon ils ne seront plus que les portes voix des apparences, otages d’une communication qui est l’ennemie de l’information.

  • Calendrier

    juin 2017
    L Ma Me J V S D
    « mai    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Catégories d’Articles

  • Archives

Assistants parlementaires du FN : Marine Le Pen bientôt chez les juges

Posté par Les Blogueurs Associés le 23 juin 2017

Le Pen-Aliot

Cette fois-ci, pas de dérobade !

Après des semaines à fuir la convocation des juges qui enquêtent sur les assistants parlementaires des eurodéputés du Front national, Marine Le Pen a révélé hier, jeudi, qu’un rendez-vous avait été pris pour les jours à venir, sans pour autant préciser la date.

« Cela regarde les juges et moi », s’est-elle contentée de dire à l’AFP. Selon nos informations, la rencontre pourrait avoir lieu la semaine prochaine. Hasard du calendrier, ou pas, son compagnon Louis Aliot était convoqué hier matin par la police dans cette même affaire.

Mais le tout nouveau député des Pyrénées-Orientales n’a pas daigné répondre favorablement à la demande de l’Office de lutte contre la corruption (OCLCIFF) de Nanterre, faisant valoir son immunité parlementaire.

Elle avait refusé de s’y rendre pendant la campagne

Un rebondissement de plus dans ce feuilleton qui empoisonne la vie du FN depuis deux ans.

Dix-sept députés européens frontistes sont suspectés d’avoir fait des contrats de travail à des assistants parlementaires sur les crédits de l’Europe, alors que ces derniers auraient occupé la majeure partie de leur temps à travailler pour le parti.

L’enquête touche le couple Le Pen-Aliot, mais aussi Jean-Marie Le Pen. Le Parlement européen estime son préjudice potentiel à 5 M€ pour la période du 1 er avril 2012 au 1er avril 2017. En pleine campagne présidentielle, la patronne du FN avait refusé de se rendre à une convocation en vue de sa probable mise en examen.

« J’irai rencontrer les juges après la séquence électorale », s’était-elle engagée.

« Les élections sont passées, elle est maintenant libre de s’expliquer sans que cela puisse perturber sa campagne qui est terminée », explique le secrétaire général adjoint du Front, Jean-Lin Lacapelle. »

Elle est très sereine, elle a la conscience tranquille, tout simplement parce qu’elle n’a rien à se reprocher, ajoute-t-il. Et puis le fait que nos assistants parlementaires occupent en parallèle des activités de militant pour leur parti est plutôt une bonne chose. C’est même un devoir ! »

Côté FN, on soupçonne la justice de vouloir provoquer « un écran de fumée » avec ces convocations, au moment où trois ministres issus du MoDem ont dû démissionner à la suite des accusations d’irrégularités dans les emplois de collaborateurs au Parlement européen.

Les Blogueurs associés

Publié dans Europe, Finance, Justice, Politique | Commentaires fermés

Sondage: 59% des Français satisfaits de la composition du nouveau gouvernement

Posté par Les Blogueurs Associés le 23 juin 2017

Le gouvernement

Selon notre nouveau sondage « L’opinion en direct » de l’institut Elabe pour BFMTV publié ce vendredi matin, les Français se montrent majoritairement satisfaits de la composition du nouveau gouvernement. Les avis sont plus partagés quant à l’efficacité prêtée à la nouvelle équipe.

Selon un sondage réalisé intégralement au lendemain de l’annonce de la composition du nouveau gouvernement d’Edouard Philippe, les Français apparaissent pour l’essentiel satisfaits du choix de cette nouvelle équipe. Dans la dernière livraison de l’enquête « L’opinion en direct » par l’institut Elabe pour BFMTV, ils sont en effet 59% à faire état de cette satisfaction, contre 40% de mécontents.

Cependant, par rapport à la précédente mesure établie le 17 mai dernier (après l’annonce du premier gouvernement), ces statistiques représentent un léger glissement de deux points de part et d’autre, en moins du côté des satisfaits, en plus chez les mécontents.

Des clivages bien ancrés

La frange la plus jeune de l’électorat apparaît comme la moins séduite par la composition du gouvernement Philippe II. Le taux de mécontentement s’élève à 57% parmi les 18-24 ans. Les autres tranches d’âges sont majoritairement bienveillantes. Les sondés âgés de 65 ans et plus sont les plus positifs: 68% d’entre eux disent leur satisfaction.

D’un point de vue des catégories socio-professionnelles, les ouvriers se révèlent les plus divisés sur la question: ils se partagent entre 49% de satisfaits et 49% d’insatisfaits. Le gouvernement trouve un bien meilleur écho chez les cadres: 67% d’entre eux accueillent l’annonce favorablement.

L’accueil est tout aussi contrasté selon l’appartenance politique des sondés. Bien sûr, les électeurs d’Emmanuel Macron au premier tour de la présidentielle sont les plus enthousiastes: 94% approuvent cette nouvelle composition. Les électeurs de François Fillon quant à eux sont aussi largement conquis: 73% de satisfaits, soit une hausse de treize points par rapport à l’évaluation précédente.

Les partisans de Benoît Hamon sont aussi globalement positifs (57%). En revanche, les soutiens de Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle sont 64%, un chiffre stable, à signifier leur mécontentement, et les sympathisants de Jean-Luc Mélenchon sont 61% à faire de même, soit une hausse de treize points.

L’efficacité du gouvernement face aux problèmes du pays

Le sentiment d’optimisme qui se dégage de ce tableau d’ensemble s’atténue toutefois de quelques points à la question de savoir si le gouvernement sera efficace ou non pour répondre aux problèmes du pays. 53% des sondés (une baisse d’un point) croient en l’efficacité de l’exécutif. 46% (une hausse d’un point) des personnes interrogés pensent au contraire que le gouvernement ne sera pas efficace pour trouver des solutions aux problèmes français.

Ici encore, les sentiments varient selon les tranches d’âges. Les 18-24 ans ne sont que 45% à estimer que le gouvernement répondra aux problèmes du pays. Les 65 ans et plus, eux, font le pari de l’efficacité (59%). Les cadres et professions intermédiaires sont confiants également (60%) tandis que dans l’ensemble constitué par les salariés et ouvriers, cette confiance s’érode nettement (48%).

Du côté des divers électorats, les soutiens d’Emmanuel Macron au premier tour de la présidentielle (93%), ceux de François Fillon (63%, en hausse de neuf points) et ceux de Benoît Hamon (58%, en baisse de quatre points) pensent que le gouvernement sera efficace pour répondre aux problèmes du pays. A l’inverse, 34% des partisans de Jean-Luc Mélenchon (-8 points) et 27% de ceux de Marine Le Pen (une montée de trois points) sont pessimistes sur le même sujet.

Echantillon de 1000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération. Interrogation par Internet le 22 juin 2017.

Les Blogueurs associés

Publié dans Politique | Commentaires fermés

Le Billet de Charline

Posté par Les Blogueurs Associés le 23 juin 2017

                                     Le Gouvernement Philippe II

Le Gouvernement

Image de prévisualisation YouTube

Les Blogueurs associés

Publié dans Charline, Humour, Vidéo | Commentaires fermés

UE: Macron ne veut ni « palabre inefficace » ni « coup de menton solitaire »

Posté par Les Blogueurs Associés le 23 juin 2017

Emmanuel Macron

Pour son premier sommet européen, Emmanuel Macron a vanté jeudi sa capacité à « convaincre » ses partenaires », en disant vouloir « sortir d’un dilemme mortel entre la palabre inefficace et le coup de menton solitaire ».

Dans l’UE, « la voix de la France est importante et elle peut changer beaucoup de choses, mais elle suppose d’une part que la France soit exemplaire, qu’elle dise clairement ce qu’elle veut et fasse ce qu’elle dit, c’est la clé de la crédibilité », a expliqué le nouveau président français lors d’un point de presse au premier jour d’un sommet des 28 à Bruxelles.

« Ensuite, il ne faut pas tomber dans une maladie souvent française qui consiste à penser que l’Europe c’est seulement nous. Elle avance quand nous créons des consensus », a plaidé M. Macron, qui a réitéré son ambition de refonder l’UE, une mutation indispensable selon lui pour faire barrage aux extrêmes et au populisme.

« Je crois à la construction à plusieurs, c’est le sel de l’Europe, que nous devons retrouver », a-t-il encore confié devant une salle de presse pleine à craquer, en mentionnant ses récentes rencontres bilatérales avec de nombreux homologues de l’UE.

« Optimisme certain »

Interrogé sur sa volonté de réformes en France et en Europe, il a fait état d’ »un optimisme certain sur notre capacité à avancer sur ces deux fronts ». Enfin, M. Macron s’est félicité de la création d’un Fonds de défense européen, actée jeudi par le sommet.

« Depuis des années et des années il n’y avait pas eu d’avancées en matière de défense. Il y en a eu une aujourd’hui C’est un pas tout à fait positif. Je ne vous le décris pas comme le -Grand soir-. Mais c’est une avancée », a-t-il observé.

Varsovie accuse Macron d’ »antipathie »

La Première ministre polonaise Beata Szydlo a accusé jeudi Emmanuel Macron d’ »antipathie » à l’égard des pays d’Europe centrale, après des propos du président français accusant implicitement ces Etats de traiter l’UE comme « un supermarché ».

A la veille d’une rencontre de M. Macron avec les dirigeants du Groupe de Visegrad (Pologne, Hongrie, République tchèque et Slovaquie) à Bruxelles, Mme Szydlo a mis en garde le nouveau chef de l’Etat français.

« La Pologne est ouverte à la coopération avec la France. Mais cela va dépendre du président Macron, s’il veut étaler dans les médias son antipathie à l’égard des pays d’Europe centrale ou bien s’il veut parler des faits », a-t-elle prévenu, lors d’un point presse en marge d’un sommet des 28 à Bruxelles. « Il est bon de parler des faits et non pas de se servir de remarques basées sur des stéréotypes », a-t-elle ajouté.

« L’Europe n’est pas un supermarché »

Mme Szydlo réagissait à l’interview accordée par M. Macron à huit journaux européens, parue jeudi matin, dans laquelle il a critiqué « certains dirigeants européens qui tournent le dos à l’Europe ». « L’Europe n’est pas un supermarché. L’Europe est un destin commun », a-t-il souligné. M. Macron y plaidait pour « promouvoir une Europe qui aille vers un mieux-être économique et social », en mentionnant la question controversée du travail détaché.

« Les grands défenseurs de cette Europe ultralibérale et déséquilibrée, au Royaume-Uni, se sont fracassés dessus. Sur quoi le Brexit s’est-il joué? Sur les travailleurs d’Europe de l’Est qui venaient occuper les emplois britanniques », a rappelé le président français.

« Le travail détaché conduit à des situations ridicules. Vous pensez que je peux expliquer aux classes moyennes françaises que des entreprises ferment en France pour aller en Pologne car c’est moins cher et que chez nous les entreprises de BTP embauchent des Polonais car ils sont payés moins cher ? Ce système ne marche pas droit », a-t-il reproché dans son interview.

Cet affrontement verbal interposé entre M. Macron et Mme Szydlo intervient dans un contexte de frictions sur la réforme de la directive travailleurs détachés –présentée en mars 2016 par la Commission européenne–, que la France souhaite encore durcir au risque de braquer les pays de l’Est, déjà très réticents à tout changement.

Les Blogueurs associés

Publié dans Europe, Politique | Commentaires fermés

12345...10
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus