• Calendrier

    juillet 2017
    L Ma Me J V S D
    « juin    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Catégories d’Articles

  • Archives

Philippe obtient la confiance de l’Assemblée

Posté par Les Blogueurs Associés le 5 juillet 2017

Edouard Philippe

Le Premier ministre a facilement obtenu la confiance des députés mardi, à l’issue d’un discours-inventaire des réformes. «On a laissé les élans lyriques pour Macron. Edouard sera bien plus pragmatique, pratique, parfois même un peu basique», assurait mardi l’entourage du Premier ministre, quelques minutes avant son discours de politique générale censé détailler la feuille de route du quinquennat.

Les députés qui l’ont écouté mardi, au lendemain de l’allocution du président de la République à Versailles, ont sur ce point été servis. Les yeux rivés sur ses notes, le locataire de Matignon a avalé les vingt-quatre pages de son discours en à peine plus d’une heure, égrenant sur un débit de mitraillette et sans excès de style tout un catalogue de mesures pour les années à venir.

Loin du littéraire que se pique d’être le Premier ministre. La pression ? «Pour préparer cette déclaration de politique générale, j’ai relu toutes celles de mes prédécesseurs», reconnaît-il à la tribune, conscient de la solennité du moment.

Quelques minutes auparavant, un autre événement marquait le début de cette mandature, avec la photo panoramique officielle de la nouvelle Assemblée dans l’hémicycle. «Ah, c’est pour ça que Mélenchon a mis une cravate !» interpelle en pleine pause un parlementaire de l’opposition, tandis que ceux de la République en marche ne bougent pas un cil.

Bons élèves, ces derniers l’ont d’ailleurs été tout au long du discours, applaudissant mécaniquement chacune des propositions lues par le chef du gouvernement. «Mais ce sont des robots ou quoi ?», interroge tout haut un élu LR.

Les réformes coûteuses différées

En tout cas, ceux qui soupçonnaient le chef de l’Etat de parasiter l’intervention de son Premier ministre, en s’exprimant vingt-quatre heures avant lui, ont pu constater que la répartition des rôles était restée intacte. A Macron le cap, à Philippe les mesures concrètes et le calendrier.

Mardi, d’ailleurs, le chef d’Etat — et chef des armées — se trouvait à bord du sous-marin nucléaire «le Terrible» à Brest. Le calendrier ? Il le décline dans tous les domaines : des paquets de cigarettes portés «progressivement» à 10€ aux vaccins obligatoires pour les enfants, en passant par une réforme du bac. Sans oublier les mesures fiscales avec pour objectif la maîtrise des dépenses publiques.
 
«Dès ma prise de fonction, j’ai voulu disposer d’une vision nette de la situation de nos comptes publics», alerte-t-il en référence au rapport demandé à la Cour des comptes sur l’état des finances du pays, publié la semaine dernière.

Du coup, l’air de rien, Philippe en profite pour annoncer que les réformes coûteuses seront différées au plus tôt pour l’exercice 2019, comme l’aménagement de l’ISF, la suppression de la taxe d’habitation pour 80 % des foyers ou encore la transformation du CICE.

Puis il enchaîne sur les défis écologiques, en égratignant au passage, sans le nommer, Donald Trump et ceux qui «par égoïsme ou inconscience tournent le dos à l’Accord de Paris». «Mais vous l’avez invité au 14 Juillet !» le coupe Jean-Luc Mélenchon, en référence à l’invitation faite au président américain d’assister aux cérémonies nationales.

Pas de quoi ébranler le locataire de Matignon qui a obtenu, sans surprise, une large confiance au moment du vote : 370 voix pour, 67 contre, 129 abstentions. Mieux que Jean-Marc Ayrault en 2012 (302)…mais moins bien que son mentor Alain Juppé (464 en 1996) !

Les Blogueurs associés

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus