• Calendrier

    juillet 2017
    L Ma Me J V S D
    « juin    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Catégories d’Articles

  • Archives

  • Accueil
  • > Allemagne
  • > Nombreuses violences au G20 : Angela Merkel sous le feu des critiques

Nombreuses violences au G20 : Angela Merkel sous le feu des critiques

Posté par Les Blogueurs Associés le 8 juillet 2017

Angela Merkel

Près de 500 policiers ont été blessés dans des heurts avec des manifestants et 186 personnes ont été arrêtées. Les autorités allemandes, Angela Merkel en tête, sont montrées du doigt après les violences qui ont marqué le sommet du G20 à Hambourg.

L’explosion de violence a soulevé des questions sur la raison pour laquelle la chancelière Angela Merkel avait choisi Hambourg, bastion historique de la contestation violente contre l’Etat et fief de l’extrême gauche, comme lieu de rendez-vous pour ce sommet.

Près de 500 policiers ont été blessés dans des heurts avec des manifestants et 186 personnes ont été arrêtées, a annoncé la police dimanche. Le nombre des manifestants blessés n’était pas encore connu avec précision.

De nouveaux heurts ont éclaté dimanche matin, alors que les dirigeants du G20 avaient quitté la veille la métropole du nord de l’Allemagne. Des manifestants ont notamment incendié des véhicules, selon la police. Ils se sont regroupés après la clôture du sommet dans le quartier de Schanzen, bastion local de la gauche radicale, où avaient déjà eu lieu plusieurs affrontements depuis jeudi.

Armés de bouteilles et s’en prenant à des véhicules, auxquels ils ont mis le feu, les manifestants ont été repoussés par la police à coup de gaz lacrymogène et de canons à eau, annonce celle-ci sur Twitter.

Fief de la contestation d’extrême gauche

Les quartiers de Schanzenviertel et de St. Pauli, fiefs de la contestation d’extrême gauche, se sont transformés vendredi soir en zones de « chaos urbain » et en « champs de bataille », ont estimé les médias allemands. Les quartiers où se sont déroulées ces violences se situent à dix minutes à pied seulement du centre des congrès qui abrite les travaux des dirigeants.

Dans un éditorial au vitriol, le quotidien le plus lu d’Allemagne, « Bild », a fait porté samedi la responsabilité de la « débâcle » à la chancelière, l’accusant d’avoir « échoué » en matière de maintien de l’ordre public depuis les premiers heurts.

« Le sentiment de sécurité que l’Etat doit garantir a cessé d’exister à Hambourg », s’est emporté ce journal, jetant les dirigeants allemands dans l’embarras à moins de trois mois des élections législatives. « Les politiques portent l’entière responsabilité pour les policiers blessés et les destructions dans la ville », a lui aussi déclaré le dirigeant hambourgeois du syndicat de policiers BDK, Jan Reinecke, dans le magazine « Der Spiegel ».

« Hambourg n’aurait jamais dû être désignée comme ville-hôte de ce sommet », a-t-il encore jugé. Un point de vue partagé par Der Spiegel, qui considère que « les craintes les plus vives sont devenues réalité et jettent une ombre noire sur ce sommet ».

Le quotidien conservateur « Die Welt » évoque une « perte de contrôle » des autorités, qui ont laissé certains quartiers de la deuxième agglomération d’Allemagne avec ses 1,7 million d’habitants, se transformer en zone livrée aux casseurs. Au cours de la conférence de presse finale, Angela Merkel avait fermement condamné ces violences tout en défendant le fait que le sommet se soit déroulé à Hambourg.

« Il n’est pas possible de décréter qu’à certains endroits on ne peut pas organiser un sommet », a-t-elle jugé, rappelant qu’il avait déjà eu lieu par le passé à Londres ou à Cannes en France. Elle a, en outre, mis en avant les capacités hôtelières nécessaires à l’accueil de telles rencontres.

Les Blogueurs associés

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus