• Catégories d’Articles

  • Archives

Manœuvres militaires musclées de l’armée russe aux portes de l’UE

Posté par Les Blogueurs Associés le 15 septembre 2017

Vladimir Poutine

L’armée russe a opéré jeudi de vastes manœuvres militaires avec le Bélarus aux portes de l’Union européenne. Elles sont « purement défensives », selon Moscou. Certains membres de l’Otan y voient une démonstration de force.

Opération intimidation. La Russie a lancé aux portes de l’Union européenne, jeudi 14 septembre, de vastes manœuvres militaires conjointes avec le Bélarus, assurant qu’elles n’étaient dirigées « contre aucun pays », malgré les craintes de certains membres de l’Otan.

Moscou s’efforce de rassurer sur ces exercices, répondant au nom de code Zapad-2017 (« Ouest-2017″, en russe), et qui doivent impliquer officiellement près de 12 700 soldats pendant une semaine près de la frontière avec la Lituanie et la Pologne.

Dans le communiqué annonçant le début des manœuvres, le ministère de la Défense russe a souligné qu’elles présentaient « un caractère purement défensif et [n'étaient] dirigées envers aucun pays en particulier ».

Une Russie « de plus en plus agressive »

L’armée russe organise tous les ans à cette période des exercices d’ampleur dans une région différente de Russie. Cette année, elles ont lieu au Bélarus, pays allié, dans l’enclave russe de Kaliningrad et dans plusieurs régions du nord-ouest de la Russie.

Autrement dit, près de la Pologne et des pays baltes qui, depuis l’annexion de la Crimée en 2014 et l’éclatement du conflit dans l’est de l’Ukraine, ont été plus prompts à dénoncer Moscou comme une menace potentielle à leur souveraineté.

Certains pays, la Lituanie et l’Estonie en tête, doutent également des chiffres avancés par l’état-major russe pour ses exercices militaires et évoquent plus de 100 000 soldats mobilisés du 14 au 20 septembre.

Les exercices Zapad-2017 « sont désignés pour nous provoquer, pour tester nos défenses et c’est pour cela que nous devons être forts », a déclaré dimanche le ministre britannique de la Défense Michael Fallon, s’inquiétant d’une Russie « de plus en plus agressive ».

Un manque de transparence

Plus tempéré, le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg a reconnu que les exercices Zapad-2017 ne constituaient pas une « menace imminente contre un allié », mais regretté un manque de transparence.

« La Russie est capable de manipuler les chiffres avec une grande aisance, c’est pourquoi elle ne veut pas d’observateurs étrangers. Mais 12 700 soldats annoncés pour des manœuvres stratégiques, c’est ridicule« , affirme à l’AFP l’expert militaire indépendant Alexandre Golts, selon lequel le véritable chiffre se situe néanmoins bien en-deçà de 100 000 militaires.

Selon le cabinet spécialisé dans les questions de défense IHS Jane’s, « les chiffres réels sont probablement plus élevés » que les chiffres officiels, car les manœuvres impliquent non seulement des militaires, mais aussi des membres des services de renseignement, de la Garde nationale, des services de secours et autres, susceptibles de faire monter le nombre de personnes impliquées autour de « 80 000 à 100 000″.

La Russie revendique son droit à mener des exercices militaires sur son territoire et dénonce en retour l’expansion de l’Otan à ses frontières, l’Alliance disposant désormais de plus de 4 000 soldats déployés dans les pays baltes et en Pologne.

Les Blogueurs associés

Publié dans Europe, Russie | Commentaires fermés

Ryanair ne pourra plus imposer le droit irlandais à tous ses salariés

Posté par Les Blogueurs Associés le 15 septembre 2017

Ryanair

Une décision rendue jeudi par la Cour de justice de l’Union européenne interdit à Ryanair d’imposer constamment le droit irlandais. Elle pourrait avoir des répercussions sur l’ensemble du segment «low cost» du transport aérien.

Ryanair ne pourra plus imposer le droit du travail irlandais au personnel navigant travaillant ailleurs en Europe, après une décision rendue jeudi par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE). Cette décision pourrait avoir des répercussions sur l’ensemble du segment «low cost» du transport aérien.

La Cour de Luxembourg a rendu un arrêt favorable à des membres du personnel de cabine de la compagnie irlandaise basés à l’aéroport belge de Charleroi et qui avaient saisi la justice locale en 2011 afin que leur soit appliqué le droit du travail belge, jugé plus protecteur que l’irlandais.

Ryanair arguait du fait que le droit du travail irlandais devait s’appliquer à leurs contrats. «Dans son arrêt d’aujourd’hui, la Cour rappelle tout d’abord que, s’agissant des litiges relatifs au contrat de travail, les règles européennes concernant la compétence judiciaire ont pour objectif de protéger la partie contractante la plus faible», lit-on dans l’arrêt de la CJUE.

«Ces règles permettent notamment au travailleur d’attraire en justice son employeur devant la juridiction qu’il considère comme étant la plus proche de ses intérêts, en lui reconnaissant la faculté d’agir notamment devant les tribunaux de l’État membre dans lequel l’employeur a son domicile ou devant le tribunal du lieu dans lequel le travailleur accomplit habituellement son travail.»

Les contrats de travail des salariés de Ryanair, à l’origine du litige, stipulaient qu’ils étaient réputés travailler en Irlande puisqu’ils étaient affectés à des appareils immatriculés dans ce pays. Mais ils précisaient aussi que leur base était l’aéroport de Charleroi, ce qui voulait dire que leur journée de travail commençait et se finissait là, et qu’ils devaient résider à moins d’une heure de leur «base d’affectation».

En 2010, Ryanair était devant la justice pour «non-respect» du droit du travail français. On lui reprochait d’appliquer sur le sol français le droit irlandais, beaucoup moins protecteur, ne s’acquittant ni des charges sociales françaises, ni des cotisations au régime de retraite obligatoire du secteur.

Or, «pour ce qui concerne la détermination de la notion de «lieu où le travailleur accomplit habituellement son travail», la Cour se réfère à sa jurisprudence constante selon laquelle cette notion vise le lieu où, ou à partir duquel, le travailleur s’acquitte, de fait, de l’essentiel de ses obligations à l’égard de son employeur», explique la CJUE.

En 2014, le Comité européen du dialogue social pour l’aviation civile avait lancé une enquête sur les «faux indépendants» du secteur aérien. Des éléments révélés dans une pré-enquête démontraient que Ryanair pratique «massivement» le travail dissimulé, «facturant leurs services via des microsociétés irlandaises».

À l’époque, Michael O’Leary, patron impulsif de Ryanair, clamait haut et fort: «Nous faisons cela depuis 29 ans et nous continuerons à le faire encore 29 ans.» Aujourd’hui, il semble pourtant que l’âge d’or du système Ryanair soit durablement mis à mal.

Les Blogueurs associés

Publié dans Europe, Finance, Fiscalité, Industrie, Justice, Travail | Commentaires fermés

Et soudain la Bretonne de souche montra son vrai visage

Posté par Les Blogueurs Associés le 2 février 2017

Marine le Pen (7)

Elle avait attendu ce moment depuis si longtemps. Se retrouver face à ce qu’elle devait détester le plus au monde, les deux visages d’une Europe tolérante, ouverte et unie, au sein d’un hémicycle rempli, parmi la foule des grands soirs, au beau milieu d’une séquence historique.

Elle allait leur en parler du pays. Alors d’un seul bond elle s’est levée, se sentant portée par le vent de l’Histoire, grisée par l’afflux de ces migrants qui enfin permettaient à ses prédictions funestes de se réaliser, le déferlement de populations étrangères s’en venant conquérir les terres saintes de l’Europe sonnant le tocsin du Grand Remplacement si cher à ses yeux.

C’était son heure, son moment où enfin elle pouvait être elle-même, sans chercher cette fois à minauder ou à rassurer, sans jouer sur les mots, sans prendre de gants pour asséner ses quatre vérités.

Etre enfin ce qu’elle n’avait jamais cessé d’être : la fille de son père, la tante de sa nièce, la grande gueule du renouveau national, la dame-sans gêne et sans complexe d’un parti prétendument aux portes du pouvoir, une ogresse prête à dévorer tout cru les petits enfants de la République.

Elle n’a pas parlé, elle a vomi

http://www.dailymotion.com/video/x38vcy4

Vomi sa haine de l’autre, vomi sa haine de la démocratie, vomi sa haine de la France en la personne de son président dont elle ne reconnaissait pas la qualité, vomi l’humanisme convoqué en ces lieux, vomi sa vulgarité crasseuse, vomi son poujadisme de bazar, vomi à la face de l’Europe et du monde son dégoût viscéral, atavique, indéfectible, venant du cœur de ses viscères, du vivre ensemble, de la nécessaire solidarité face à l’adversité, du partage des responsabilités.

De bout en bout de son intervention, elle se montra sous son jour le plus cru et le plus vrai : le visage ordurier et grossier de la haine ordinaire, le visage fielleux de l’intolérance, de la violence verbale se permettant des outrances langagières entendues d’habitude au sein d’assemblées acquises à la gloire de son Chef, foulant dans le même élan plein de dédain deux chefs d’Etat démocratiquement élus.

Le tout sous le regard atterré d’une chancelière se demandant quel pitre était-ce donc là, se demandant si l’interprète chargé de traduire ses propos n’avait pas abusé de vin d’Alsace, hésitant entre la pitié de voir une personne intellectuellement instable bavasser des propos incohérents et l’envie féroce de se lever pour l’harponner par les deux oreilles, la traîner à travers l’hémicycle afin de la confier au bon soin d’un établissement psychiatrique.

Et un Président de la République enfin à la hauteur de sa fonction qui sut, fort d’une colère souveraine, la moucheter avec des propos si cinglants que l’autre, déconfite, désarçonnée, morveuse, en fut réduite à marmonner dans son coin comme ces élèves réprimandés par leurs professeurs au beau milieu d’une salle de classe qui, ne sachant quelle attitude adopter, vaguement honteux d’être repris de la sorte, bougonnent dans leur barbe d’infantiles promesses de vengeance.

http://www.dailymotion.com/video/x38vijd

Jamais autant que ce jour-là on eût aussi honte d’appartenir au même pays que le sien. Jamais on n’éprouva un tel désir de ne plus jamais l’entendre pérorer. Jamais on eût autant envie de la voir d’une manière ou d’une autre cesser de se réclamer du peuple français.

Jamais on eût autant envie de la savoir tout sauf française !

Les Blogueurs associés   

Publié dans Article d'opinion, Europe, Politique, Vidéo | Commentaires fermés

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus